Le Républicain Lorrain : un chapitre sur Woippy

A l'occasion de la présence des deux auteurs du Tour de France de la Corruption au Festival Le Livre à Metz, Le Républicain Lorrain a consacré un article sur les "affaires" locales, notamment celles de Woippy. 

A lire ici

ImprimerE-mail

Chronique Republicaine
Des affaires banales et affligeantes

La Chronique Républicaine de Fougères s'est penchée sur le Tour de France de la corruption, dans la chronique Livres. 

Loin des figures emblématiques de la corruption nationale, Guillaume de Morant et Jacques Duplessy se sont penchés sur la « corruption ordinaire » qui touche les élus locaux, les chefs d’entreprise ou les agents de service public tentés de favoriser les amis. Sur tout le territoire, ils ont déniché des affaires banales et affligeantes, mais ont pris soin, pour éviter de sombrer dans une vision noircie de notre société, d’interroger en parallèle les militants et experts qui proposent des solutions pour améliorer la loi et l’efficacité des services anti-corruption.
De Jacques Duplessy, Guillaume de Morant. Éditions Grasset.

A lire ici

ImprimerE-mail

Paris-Match : voyage au coeur de la corruption ordinaire

Le Tour de France de la corruption» (éd. Grasset) jette un éclairage cru sur des pratiques beaucoup plus courantes qu’on ne l’imagine. A partir d'une affaire se déroulant à Clamart près de Paris, Jacques Duplessy et Guillaume de Morant expliquent pourquoi ils ont écrit ce livre

Match

 

ImprimerE-mail

Le rôle essentiel des lanceurs d'alertes

Interrogé par la radio RCF-Aude, Guillaume de Morant parle de la genèse du Tour de France de la corruption et du rôle essentiel des lanceurs d'alerte. 

A écouter ici en replay sur le site de RCF :

 

ImprimerE-mail

Les victimes de la corruption sont indifférentes, La Dépêche du Midi

(...) Auteur du livre Le tour de France de la corruption (1), Guillaume de Morant dresse un portrait bien peu flatteur d'élus de tous bords empêtrés dans des affaires. «Il y a une prise de conscience des citoyens», explique-t-il. Mais le journaliste s'étonne toujours «que les victimes de la corruption soient indifférentes à ces faits et qu'elles continuent à élire des gens condamnés».

Reconstitué, le groupe Anticor Aude promet de s'atteler à quelques dossiers locaux, à l'instar du groupe héraultais qui vient de saisir la justice administrative sur la question des subventions publiques versées indirectement à la compagnie aérienne Ryanair. L'un des membres du groupe audois assure : «Nous allons nous interroger aussi sur l'aéroport de Carcassonne».

(1) Publié aux éditions Grasset. Prix : 20 

Lire ici l'article entier : 

La Depeche

 

ImprimerE-mail